Eco-Chèque

L’Eco-chèque, un dispositif innovant au service du développement durable et des comportements éco-responsables en Belgique

 

Un cercle vertueux économique et écologique
La protection de l’environnement est un enjeu vital en Belgique.
L’éco-chèque est la réponse permettant d’augmenter le pouvoir d’achat des travailleurs tout en orientant le comportement des consommateurs vers des produits et services écologiques qui participent – directement ou indirectement – à la préservation de notre planète.
Il s’agit d’un dispositif visant à sensibiliser et à impliquer tous les acteurs, les employeurs, les salariés, les commerçants, à la réduction des gaz à effet de serre.
Les principaux domaines couverts par ces titres sont :

  • les produits générateurs d’économies d’énergie ou d’eau : ampoules économiques, certains appareils électroménagers basse consommation, installation de pompes à chaleur, robinets avec économiseurs intégrés, etc. ;
  • les équipements favorisant la gestion des déchets ;
  • les articles liés au jardin ;
  • les transports avec la promotion de transports collectifs, du vélo, etc.

Un outil innovant qui s’intègre dans la politique de développement durable des entreprises
Les employeurs (80.000) qui ont adopté et financent le système des éco-chèques disposent d’un véritable outil de motivation de leur personnel qui contribue à véhiculer une image positive sur leur engagement environnemental

Un avantage social et environnemental au succès constant auprès des belges
L’éco-chèque constitue un pouvoir d’achat concret pour 1,7 million de salariés, valable deux ans, pour des achats au quotidien et des investissements durables.

Il est prouvé que l’écochèque a une influence positive sur le comportement d’achat du consommateur en Belgique. Grâce aux écochèques, plus de la moitié des travailleurs belges qui en bénéficient prêtent plus d’attention à l’environnement lorsqu’ils font leurs achats (de 39% en 2017 à 54% en 2019) . En deux ans à peine, l’augmentation est significative : + 15% ! L’impact de l’écochèque sur le comportement d’achat du consommateur vient d’être analysé par l’Université de Hasselt et Indiville cvba.

Au total, l'utilisation des éco-chèques durant l’année 2017 et 2018 a respectivement permis une économie de CO2 estimée à 216 562 tCO2e et 229 797 tCO2e. Il s’agit de l’économie totale sur la durée de vie complète des produits achetés. Ce dernier correspond à 11,6 millions de voyages en voiture Bruxelles-Ostende ou aux émissions annuelles de 22 573 Belges. Cela représente 0,23% des émissions totales annuelles de la Belgique et a un coût sociétal de 21 à 42 millions d'euros.

La garantie du bon usage du titre dans l’économie nationale
L’impact des éco-chèques sur l’économie belge est double avec 256 millions d’euros de chiffre d’affaires complémentaire annuel dans 10.600 points de vente très diversifiés :

  • Leur montant est totalement dépensé en Belgique et dans les circuits économiques officiels, dans un délai relativement court (défini par la Loi).
  • Ils créent une valeur ajoutée forte d’un point de vue macro-économique de par les secteurs éco-nomiques dans lesquels ils sont dépensés.

Les éco-chèques sont utilisés avant tout dans des magasins d’électroménager et de bricolage mais les vélos et les produits d’alimentation bio font également partie du top 10 des produits achetés. Par ailleurs, 41 % des éco-chèques sont utilisés dans des commerces de proximité et 49% dans les commerces spécialisés.

Un soutien réel à l’économie verte
Les achats réalisés au moyen des éco-chèques permettent d’économiser des quantités de CO₂ très importantes : plus de 229.797 tonnes de CO₂ en 2018 !
Ces achats en faveur de l’environnement s’inscrivent dans une dynamique d’économie verte, sou-tenue tant par le monde politique, que par un nombre toujours plus important de citoyens et d’entreprises.

Conclusion
L’éco-chèque est un dispositif apprécié en Belgique qui continue au fil des années à se développer tant au niveau des entreprises qui le mettent en œuvre, du nombre d’utilisateurs, de la liste des produits et services autorisés que de la liste des points de vente qui les acceptent.
Ce dispositif s’inscrit dans une démarche long terme de dynamique éducative et de sensibilisation à l’égard de choix de consommation différents, écologiques, économiques et créateurs d’emplois verts.

1. Etude Listen, février 2019.

Documents téléchargeables :